Les Moments du festival 2017

Clic sur image pour les voir en entier

_DSC2875
_DSC2857
_DSC2898
_DSC2894
_DSC2903
_DSC2911
_DSC2951
_DSC2898
_DSC2897
_DSC2882
_DSC2879
_DSC2880
_DSC2875
_DSC2919
_DSC2858
_DSC2871
_DSC2845
_DSC2843 bd
_DSC2814
_DSC2807
IMG_7854
_DSC2910 bd
_DSC2907
_DSC2821
_DSC2908
_DSC2825 bd
_DSC2830 bd
_DSC2843 bd
_DSC2910 bd
_DSC2909
_DSC2852
_DSC2920
_DSC2926
_DSC2931
Vernissage
IMG_7870
Huile couleur 1000 pix
_DSC2970
IMG_8572
IMG_8564
IMG_7496
IMG_7498
IMG_7490
_DSC2736
IMG_8556
IMG_8546
IMG_8521
IMG_8508
IMG_8483
IMG_8472
IMG_8460
IMG_8450
IMG_8442
IMG_8425
IMG_8422
IMG_8418
IMG_8410
IMG_8351
IMG_8347
IMG_8304
IMG_8327
IMG_8291
IMG_8283
IMG_8278
IMG_8274
IMG_7522
IMG_8272
IMG_8271
IMG_7521
IMG_7520
IMG_7828
IMG_7825
IMG_7823
IMG_7821
IMG_7814
IMG_7815
IMG_7699
IMG_7645
_DSC2769
IMG_7620
IMG_7673
IMG_7642
IMG_7641
IMG_7584
IMG_7581
IMG_7582
_DSC2750
IMG_7549
IMG_7541
IMG_7569
IMG_7572
IMG_7501
IMG_7496
IMG_7490
_DSC2894
_DSC2757
_DSC2763
_DSC2761
_DSC2789
_DSC2769
IMG_8568
IMG_8571
IMG_8547
IMG_8554
IMG_8530
IMG_8524
_DSC2747
IMG_8515
IMG_8512
IMG_8497
IMG_8496
IMG_8494
IMG_8476
IMG_8493
IMG_8461
IMG_8466
IMG_8459
IMG_8454
IMG_8491
IMG_8453
IMG_8449
IMG_8444
IMG_8349
IMG_8344
IMG_8326
IMG_8314
IMG_8311
IMG_8307
IMG_8293
IMG_8275
_DSC2733
_DSC2732
IMG_7831
IMG_8499
IMG_7824
IMG_8433
IMG_7589
IMG_7701
IMG_7590
IMG_7779
IMG_7782
IMG_7798
IMG_7808
IMG_7800
IMG_7806
IMG_7787
IMG_7775
IMG_7754
IMG_7768
IMG_7766
IMG_7765
IMG_7756
IMG_7743
IMG_7738
IMG_7737
IMG_7722
IMG_7720
IMG_7719
IMG_7717
IMG_7716
IMG_7714
IMG_7707
IMG_7702
IMG_7693
IMG_7690
IMG_7685
IMG_7672
IMG_7661
IMG_7652
IMG_7648
IMG_7647
IMG_7632
_DSC2771
IMG_7625
IMG_7620
_DSC2770
IMG_7597
IMG_7586
IMG_7573
IMG_7571
IMG_7570
IMG_7564
IMG_7542
IMG_7524
IMG_7519
_DSC2983
_DSC2971
_DSC2967
_DSC2964
_DSC2959
_DSC2953
IMG_8516
_DSC2945
_DSC2939
_DSC2918
_DSC2916
_DSC2910
_DSC2802
_DSC2797 2
_DSC2775
_DSC2765
_DSC2785
_DSC2790
IMG_8542
IMG_8538
IMG_8541
IMG_7456
IMG_7523

15 ans déjà

Le Festival du Peu est né d’une rencontre entre un élu, Jean-Marie AUDOLI, Maire de la commune de Bonson et un artiste, Jean MAS membre de l’Ecole de Nice.

Cette idée d’un soir d’été aurait pu être éphémère et constituer un souvenir particulier de ces discussions amicales qui vont jusqu’au bout de la nuit. Mais l’aube qui suivit fit éclore cette volonté partagée de promouvoir une démarche artistique originale, sur une terre magnifiée par des oliviers centenaires et des générations de femmes et d’hommes reconnus pour leur labeur, leur hospitalité et leur goût de la vie.

Il fallait donner du sens, de la force, de la légèreté, pour rassembler petits et grands autour de l’art contemporain, faciliter sa compréhension et permettre ‘’peu ou prou’’ son appropriation. Il fallait aussi vaincre les résistances , susciter l’envie, inciter au désir, à une époque pas si lointaine, nous étions alors en 2003, où l’art n’était pas encore considéré comme un élément fédérateur, créateur de lien social.

Un P, deux P, 10, 30, 100, 200...300 P furent réalisés pour la première édition de ce festival. Authentiques oeuvres créées avec un brin d’hésitation, un talent naturel, un soupçon de pudeur, avec au fond de soi une fierté maîtrisée ou exaltée. Oeuvre surréaliste, expression de la diversité d’une population, qui fut exposée en 2004 au MAMAC. À la montée de ses marches, se lisaient alors sur les visages de ces artistes en herbe, émotion, fierté, humilité, joies contenues un peu, beaucoup ou pas du tout. Il était là le lien social, prégnant.

Certains considéraient ce succès sans lendemain. C’était sans compter sur l’incommensurable volonté de bénévoles, la solidarité des mécènes, la reconnaissance des institutions qui ont conjugué, année après année leur efforts et leur soutien sans faille.

Les années suivantes, les thèmes se succédèrent...
 

La “photo“ , argentique surtout, prit le pas pour laisser “l’art singulier“ et ses créateurs autodidactes nous éclairer. Les beautés de la “nature“ nous emmenèrent vers la “mémoire“ pour ne rien oublier de la vie, de son souffle. Alors “l’air“ de rien, nous ne sommes jamais restés “immobiles“, toujours en mouvement pour se rapprocher de “l’infini“, et comprendre ses mystères. Nous avons pris “goût“ à tout cela, avec des mets et des vins pour rassembler et partager. D’un pas, le Peu fêta ses “10 ans“, avec ses courbes, pures, sensuelles et belles , pour dire que l’art est essentiel à l’épanouissement des êtres.                                                                                                                 


Le Festival avait pris son rythme, celui d’une mélodie aux “sons“ harmonieux qui permit d’aborder avec légèreté et entrain le futur, ses “innovations“ culturelles et sociétales. Mais le P est une “lettre“, qui associée à tant d’autres, forme des mots pour raconter, éduquer, exprimer des pensées et créer un langage universel. Était-ce nécessaire ?...les “couleurs“ ont donné un caractère sublime à ces années si particulières, si vite passées, mais tellement fortes sur les dimensions humaines, sociales, artistiques.

Pour cette 15 ème édition, la ‘’trace’’ est là, pour mesurer le chemin parcouru, marquer le temps, creuser un sillon, donner l’impulsion à de nouvelles idées qui dans l’esprit du Peu, doivent éveiller les consciences.

En ce sens, l’art, sous toutes ses facettes traverse les temps, il crée le lien entre les civilisations qui se succèdent, pour mettre en exergue l’esprit des époques. L’artiste renouvelle sans cesse son geste, son imagination est sans limite. Il attire, interroge, crée le débat, est un trait d’union entre des femmes et des hommes aux différentes origines et conditions.

La rencontre entre le citoyen et l’artiste est nécessaire.

Notre société pulse au gré de la modernité, génère des paradoxes dans les domaines des idées, des actes, qui donnent trop souvent naissance  à l’inconcevable.
Le devenir du genre humain repose sur  la démocratie dont  la nature  est de servir la compréhension, le débat, et le respect. Ainsi l’appropriation de la culture, sous toutes ses dimensions, participe à l’éducation et à l’émancipation de tout citoyen.

Depuis 15 ans, le Festival du Peu est intimement associé à Bonson et promeut une émulation artistique, une volonté de progrès, une envie de bonheur.

Jean-Marie Audoli
 
(Les mots en gras sont les thèmes retenus au cours de ces quinze dernières années).

  • Facebook Clean
  • White Instagram Icon
  • Twitter Clean
IMG_8483